Le placenta, ange gardien ?

ange gardienLa semaine dernière, nous avons (re) découvert le travail essentiel et vital du placenta pendant la grossesse (voir l’article : Le placenta, cet organe éphémère…),Après la délivrance, le rôle de cet organe éphémère s’arrête physiquement. Mais vous pouvez lui donner une nouvelle place… comme un dernier hommage.

Dans la plupart des civilisations, le placenta a un statut particulier, souvent considéré comme le jumeau du bébé ou son ange gardien, il véhicule beaucoup de croyances et de rituels. Il fait quasiment toujours l’objet de traitements particuliers et ritualisés : il peut être enterré, brûlé, remis à l’eau, mangé… Il ne laisse jamais indifférent !

Si vous aussi, vous voulez lui donner une place particulière, vous pouvez demander votre placenta à la maternité. Toutefois, sachez que les équipes médicales peuvent vous le refuser : une circulaire du 31 août 2012 de la Direction générale de la Santé confirme l’impossibilité pour les parturientes de récupérer leur placenta. En France, la collecte de produits du corps humain (dont fait partie le placenta) est encadrée par la loi de bioéthique (publiée en 1994 et révisée le 7 juillet 2011). Selon cette loi, « le placenta ne peut être collecté qu’à des fins thérapeutiques ou scientifiques si la femme accouchée ne s’y est pas opposée ». Sans votre accord, votre placenta sera donc considéré comme  un « déchet d’activités de soins à risques infectieux » et il est incinéré. Une femme n’est donc pas propriétaire de son placenta.

Vous pouvez demander quand même à repartir avec votre placenta (ou juste un échantillon selon ce que vous voulez faire) et expliquer votre démarche. Elle peut être entendue. Pour cela, discutez en avec l’équipe médicale, faite le rappeler par la personne qui vous accompagne le jour de l’accouchement et … apportez un contenant 😉 !

A défaut, demandez à le voir pour admirer cet arbre de vie !

Comment offrir une seconde vie à votre placenta ?

  • En faire une empreinte d’art

placenta cindy 2L’empreinte de placenta consiste à imprimer sur un grand papier aquarelle le côté fœtal du placenta. Le sang ou de la peinture sert d’encre, et le résultat a des airs d’arbre de vie !  Cette symbolique de l’arbre est très forte, le reliant à son passé par les racines (son passé in utero, voire transgénérationnel) et offrant ses branches et feuillages à l’avenir. Il parait même que l’on peut lire beaucoup de chose dans un placenta…

Cette empreinte permet de garder une belle image du premier compagnon de votre enfant.

  • Enterrer son placenta

Dans la continuité de l’idée de l’arbre, vous pouvez enterrer votre placenta, soit dans une endroit à symbolique particulière, soit dans l’intention d’alimenter un jeune arbre. Ce sera en quelques sorte le premier cadeau de bébé à la Terre et vous donnerai une nouvelle naissance à cet organe porteur de vie !

 

  • Utiliser ses vertus médicinales

    Différentes pratiques se basent sur le fait que le placenta est riche en vitamines (en particulier B12), minéraux (en particulier le fer) et hormones. Aujourd’hui, aucune étude clinique n’a porté sur les bienfaits chez la femme de cette consommation (des études aux résultats contradictoires ont porté sur les animaux mais difficile de faire une étude sur les êtres humains…). A vous de  vous faire votre propre opinion sur le sujet…

    Si toutefois cela vous intéresse, il existe différentes méthodes pour le conserver

    L’isothérapie placentaire consiste à transformer quelques grammes de votre placenta en granules homéopathiques. Interdite en France depuis janvier 1999, cette pratique est toutefois réalisable dans des laboratoires européens ou nord américains.

capsules.jpgL’idée de consommer votre placenta vous parait saugrenue ? Cette pratique porte le nom de placentophagie. Coutume barbare (cannibale ? ) pour certaines, elle est pourtant naturelle pour d’autres, d’autant plus qu’une très grande majorité des mammifères la pratique. Vous pouvez trouver des recettes sur internet (si! si!) mais dans nos sociétés occidentales, le moins « choquant » reste de l’encapsuler… Je vous laisse découvrir sur ce sujet les extraits du sujet de recherche de Laurie Vallé Dallaire (avant dernier paragraphe !) : Centre Pleine Lune – Babillages avec Laurie

Quelque soit sa forme, la consommation de placenta implique de s’assurer que vous n’ayez pas reçu de chimie pendant l’accouchement (vous pouvez vous en assurer dans votre dossier médical : on ne s’en rend pas toujours compte… et l’équipe médicale ne vous demande pas toujours votre consentement). Le placenta absorbant toute entrée dans le corps de la mère et retenant au maximum les « pollutions », il sera alors comme une éponge : substances chimiques, métaux lourds…

 

S’offrir un dernier moment sacré et ritualisé vous permettra de clôturer une grande étape de vie. Pour vous, cela permet de mettre un point final à cette grossesse, de symboliquement être disponible à autre chose et d’accepter que votre bébé ait quitté votre matrice et acquiert petit à petit son autonomie. Pour votre bébé, c’est un hommage à ce « frère » sans qui rien n’aurait été possible et l’affirmation qu’à présent, il est capable de franchir seul ce pas vers cette vie aérienne.

A présent, tout est terminé et tout peut donc commencer…

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s