Allaitement et contraception

pilulesLa contraception est aujourd’hui essentiellement vue comme venant de l’extérieur : pilule à avaler, dispositif à insérer…

Pourtant, il existe aussi des méthodes dites « naturelles », dont l’allaitement. C’est même la plus vieille méthode d’espacement des naissances ! Elle est appelée aujourd’hui la MAMA (non, ce n’est pas une blague !), cela veut dire : Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée.

Déjà en 1983, l’OMS déclarait « qu’à l’échelle planétaire, l’aménorrhée lactationnelle était plus efficace pour la régulation des naissances que n’importe quelle autre méthode de planification familiale ». En 1988, un comité d’experts de l’OMS, de l’UNICEF et de FHI (Family Health International) a abouti au consensus de Bellagio qui définit précisément les conditions dans lesquelles l’allaitement maternel peut procurer un effet contraceptif équivalent à celui d’une pilule ou d’un stérilet :

  • allaitement complet du nourrisson

En effet, c’est la succion du bébé qui, perçue par le cerveau, va entraîner la production d’une hormone, la prolactine. Or la prolactine supprime l’ovulation et empêche donc la grossesse.

Allaitement maternel complet signifie que l’allaitement est à la demande du bébé et ne suit donc aucun horaire fixe, que l’enfant ne reçoit aucun autre liquide ou aliment solide à part le lait maternel, donné au sein. Pour éviter de perturber la succion de bébé, il faut aussi éviter la sucette dans la mesure du possible…

  • Les intervalles entre chaque tétée ne doivent pas être supérieurs à 6 heures

Pensez y quand vous vous lèverez pour la quatrième fois la nuit pour allaiter bébé… plus bébé tète, plus le retour de l’ovulation (et donc de votre fertilité) est retardé. Une petite consolation pour la fatigue accumulée…

  • le nouveau né doit avoir moins de 6 mois
  • vous ne devez pas avoir eu votre retour de couches

Le retour de vos règles (appelée aussi retour de couches, mais le terme n’est pas très joli…), signifie retour d’ovulation et donc de votre fertilité. Attention toutefois, vous pouvez ovuler sans retour de couche, soyez attentive à d’autres signes comme la glaire cervicale.

Dans ces conditions, ces études démontrent que la protection conférée dépasse 98 % pour les six premiers mois, protection équivalente à celle d’une pilule ou d’un stérilet. 
Si une seule des conditions n’est pas remplie la prolactine diminue et une ovulation peut survenir à n’importe quel moment, y compris avant le retour de couches.

Il s’agit bien sûr d’une méthode provisoire (jusqu’au 6 mois de l’enfant maximum) et peu adaptée si vous êtes obligée de laisser bébé pendant de longues périodes, mais en respectant scrupuleusement les conditions de la MAMA et en étant à l’écoute de son corps, cette méthode de contraception naturelle se révèle très efficace. 

C’est donc un choix qui peut être opportun parmi les diverses possibilités de planification après un accouchement, et qui permet de retarder l’introduction d’autres moyens contraceptifs.

Bonne fin de semaine SMAM !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s